Vie politique

Vie politique française :

La vie politique, c’est comme le bridge ou le football américain. Pour avoir du plaisir à suivre une partie, il faut bien connaître les règles du jeu. Et ces règles sont naturellement – le contraire serait ennuyeux – tout à fait différentes d’un pays à l’autre. En France, nous sommes particulièrement gâtés : il se passe toujours quelque chose et, à condition de ne manquer aucun épisode, c’est aussi passionnant qu’une sitcom (américaine of course !).
Amis touristes, loin de nous l’idée de vous engluer dans les mécanismes complexes et savamment huilés de la vie politique française. Nous nous proposons simplement de vous donner quelques points de repère qui vous aideront à avancer des arguments bien sentis si par hasard vous vous trouviez malencontreusement mêlés à une conversation portant sur les prochaines élections présidentielles.
Sachez tout d’abord que la France a inventé la démocratie et les droits de l’Homme (oui, oui, n’ergotons point), après avoir décapité pour la bonne cause ce pauvre Louis XVI et sa femme Marie-Antoinette. Dès lors, si parfois les agissements de nos hommes politiques vous paraissent un peu mesquins, n’oubliez jamais qu’ils sont toujours, d’une manière ou d’une autre, mus par ce grand idéal révolutionnaire et altruiste.
Par ailleurs, on ne comprendra jamais la vie politique française actuelle si l’on fait abstraction de l’immense figure tutélaire dont l’ombre plane depuis un demi-siècle sur toutes nos vénérables institutions : très nombreux en effet sont encore les hommes politiques qui continuent de se réclamer du général de Gaulle, champion de la résistance face à l’ennemi, libérateur de la France (un peu aidé il est vrai), fondateur de la Ve République et président en exercice jusqu’en 1969. Quiconque voudrait définir le terme “gaullisme” aujourd’hui serait probablement bien en peine, mais la référence semble toujours électoralement payante.
La longévité des responsables politiques est une autre caractéristique intéressante du système français. La politique est une carrière que l’on embrasse tout jeune et à laquelle seule la mort vient généralement mettre un terme. Depuis plusieurs décennies, les mêmes leaders s’échangent les principaux postes du pouvoir législatif et exécutif, ce qui présente des avantages son négligeables : à force de s’essayer à toutes les fonctions, nos hommes politiques acquièrent sagesse et expérience, ils peuvent ainsi défendre avec une conviction égale toutes les idées et leur contraire ; d’autre part, le citoyen électeur n’a point besoin de mémoriser sans cesse de nouveaux noms, il peut même conserver ses bulletins de vote d’une élection à l’autre.
Conséquence indirecte de ce qui vient d’être dit précédemment, la France a, depuis les années 80, breveté un mode de gouvernement original auquel on a donné le nom de cohabitation – laquelle consiste par exemple à élire un président de droite et à le doter d’un gouvernement de gauche. Ce mécanisme ingénieux – il fallait quand même y penser ! – est idéal pour prévenir d’éventuelles dérives autocratiques.
Comprenez enfin une chose essentielle : la campagne électorale est en France quelque chose comme un état permanent. Il y a toujours une élection au suffrage universel qui se prépare – présidentielle, législative, européenne, municipale, cantonale – et les pages de nos journaux consacrées à la vie politique ne manquent jamais de matière. Entre les fraudes électorales, les déclarations fracassantes des candidats, les mises en examen des élus, les alliances stratégiques, les retournements d’alliance non moins stratégiques, les partis nouvellement créés et les anciens partis qui changent de nom, on ne sait littéralement plus où donner de la tête. Et inutile de préciser que nous adorons ça !

Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.