Caen

Caen, capitale du Calvados

Caen (120 000 habitants) se situe dans le Calvados à 16 km de la Côte de Nacre baignée par la Manche, à 23 km de Bayeux à l’ouest et à 50 km de Lisieux à l’est. On a appelé Caen la « Venise Normande » (en raison de ses nombreux cours d’eau aujourd’hui asséchés ou en grande partie recouverts), l’ »Athènes du nord » (à cause de son université vieille de plus de cinq siècles) ou encore la « Capitale aux cent clochers »… La capitale bas-normande doit son essor à Guillaume le Conquérant. Ses principaux monuments témoignent de son influence : château, abbaye aux Hommes et abbaye aux Dames.

Le circuit touristique de Guillaume le Conquérant : une flânerie de deux à trois heures au cœur de la ville, à parcourir en toute liberté et de façon autonome. C’est l’invitation lancée par l’office de tourisme de Caen depuis 1998. Des panneaux explicatifs guident le touriste sur ce circuit touristique qui comprend trois sites. Et il n’y a rien d’exhaustif dans cet itinéraire…

Commençons par l’église Saint-Pierre, puis l’hôtel d’Escoville (qui abrite l’office de tourisme). Cet hôtel fut élevé en 1535, dans le style Renaissance, par un certain Nicolas Le Valois D’escoville, alchimiste renommé et financier qui fit fortune dans le commerce de blés avec l’Espagne.

Les maisons à pans de bois, au 52 et 54 de la rue Saint-Pierre, sont, elles aussi, un bel exemple du XVIe siècle. L’une d’entre elle abrite le musée de la poste. Autre intérêt de ce circuit : l’église Notre-Dame de Froiderue, à l’angle de la rue du même nom. Elle présente une belle architecture, dont un clocher surmonté d’une flèche sur le modèle de la tour de Saint-Pierre. La rue Froide, devenue au XVe la rue des imprimeurs, est aujourd’hui une rue commerçante et piétonne, toujours agréable.

Comment évoquer Caen, sans parler de la maison de Malherbe ? On dit même que le poète serait né dans cette maison. Autre richesse architecturale : la place Saint-Sauveur. Levez les yeux, soyez curieux. Et laissez-vous guider dans l’ambiance du marché du vendredi matin. L’abbaye aux Hommes, siège de la mairie, se visite, tout comme à l’autre bout du circuit, l’abbaye aux Dames, siège du conseil régional.

L’imposant château ducal a également ses visites et un circuit bien à lui. Ne manquez pas de vous y rendre. Il abrite notamment le musée des Beaux-Arts et le musée de Normandie. Autre belle demeure, la maisons des quatrans, rue de Geôle, une des rares maisons à pans de bois épargnée des bombardements, qui ne se visite pas, malheureusement. Terminons alors cette balade par un petit détour dans le quartier du Vaugueux, au dessus du château. (Renseignements au 02 31 27 14 14)

L’abbaye aux Hommes fut construite en 1064 par Guillaume, duc de Normandie, et Mathilde de Flandres, sa lointaine cousine, qui voulaient se faire pardonner leur mariage interdit par le pape. Les bâtiments conventuels ont été reconstruits au XVIIIe siècle et comptent notamment un beau cloître et une halle gothique dite salle des Gardes. En 1790, les moines en furent chassés. Après avoir été transformée en lycée impérial par Napoléon, l’abbaye est aujourd’hui l’Hôtel de ville de Caen. Visite libre de l’église abbatiale Saint-Étienne (à l’intérieur, emplacement de la sépulture de Guillaume). (Visites guidées de l’ensemble tous les jours, tél. : 02 31 30 42 81)

L’abbaye aux Dames fut bâtie entre 1060 et 1080. La reine Mathilde repose en son abbatiale de la Trinité. Les moniales furent chassées en 1791 de ce lieu transformé ensuite en caserne militaire et qui abrite aujourd’hui le Conseil régional de Basse-Normandie. Les bâtiments abbatiaux sont entièrement restaurés et entourés d’un jardin à la française. (Visites guidées gratuites tous les jours, tél. : 02 31 06 98 98)

Inauguré le 6 juin 1988, le Mémorial pour la Paix se dresse en bordure nord du boulevard périphérique de Caen, qui fut le centre de la plus grande bataille de tous les temps en juin 1944. Le Mémorial, en rappelant les horreurs de la guerre, se veut un lieu de réflexion, de dialogue sur la paix dans le monde. Une journée suffit à peine pour découvrir ce site à trois niveaux : la conservation de la mémoire, la commémoration et le voyage historique. Des documents exceptionnels aussi bien visuels que sonores sont proposés aux visiteurs ainsi que des projections. Le Mémorial offre aussi un lieu de restauration, une librairie qui propose des ouvrages sur la guerre et les droits de l’homme, une médiathèque et un jardin d’enfants.

On y accède par l’esplanade Eisenhower, du nom du général américain (1890-1969) qui dirigea les troupes alliées lors du débarquement en Normandie et fut ensuite élu président des États-Unis (1953-1961). Le Mémorial est ouvert tous les jours y compris les dimanches et les jours fériés. Entrée gratuite pour les vétérans de la Seconde Guerre mondiale, les moins de dix ans accompagnés de leurs parents et les invalides de guerre.

En juillet et en août, l’Office du tourisme propose une visite commentée de la ville à pied et en petit train, d’une durée de 3 heures. Des visites théâtrales sont également proposées au coeur de la ville, avec de véritables comédiens (21 h, vendredi et samedi).

Related posts:

2 comments

  1. Merci pour cette carte postale découverte sur la Ville de Caen. Félicitations pour votre site.

  2. Merci pour cet article complet et de grande qualite. Merci pour cette visite guidee a Caen.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>